La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

 

 

 

 

 

 

 

LE HOCKEY SUR GLACE : SPORT NATIONAL AU QUEBEC

Vidéo (à télécharger)

L’actualité du hockey sur glace en France sur le site de Hockey Hebdo et le site de la Fédération Française de Hockey

Neuilly sur Marne (93), champion de France D1 en 2008 et 2011 : Suivez les matchs de l’équipe francilienne de septembre à mars

L’actualité des Caribous de Seine et Marne en D3

NHL : suivez les canadiens de Montréal (fondés depuis 190824 coupes Stanley). Matchs d’octobre à mai.

Vidéo

 

L’équipe de France de hockey sur glace dispute les Championnats du Monde IIHF. Actualité sur le site de la Fédération Française de Hockey

Vidéo (Youtube)

Après Cristobal Huet (coupe Stanley en 2010), un autre joueur français est parvenu à décrocher un contrat en NHL,  il s’agit de Stéphane Da Costa, originaire de Seine-et-Marne.

LE JEU

La patinoire (Dimension : 60 x 30 m)
Elle est composée d’ une zone d’attaque, une zone de défense, une zone neutre, deux lignes bleues, une ligne rouge, deux lignes de but, 9 points d’engagement, 5 cercles d’engagement et deux cages de but de 1,83 m de large.

La durée d’un match
Une rencontre se divise en trois périodes de 20 minutes chacun, avec deux pauses de 15 minutes (un match dure réellement plus de 2h). S’il y a égalité à la fin du temps réglementaire, les équipes s’affrontent lors d’une prolongation de 10 mns : la première équipe qui marque gagne le match (on parle de "mort subite"). Si les équipes ne parviennent pas à se départager, il y a les tirs au but.

La bande (ou balustrade) entourant la glace permet de garder la rondelle à l’intérieur de la patinoire, le jeu pouvant ainsi durer plusieurs minutes sans interruption. Quand l’action s’arrête (au cas où le goal capte et garde la rondelle ou lorsque la rondelle quitte la patinoire accidentellement ouen cas de faute), le chronomètre s'arrête également. Le jeu reprend toujours par une mise en jeu (ou engagement) et au sifflet de l'arbitre le chronomètre reprend.

Deux règles majeures :

Le dégagement interdit : quand un joueur placé derrière la ligne médiane (rouge) envoie la rondelle derrière la ligne de but adverse. Ce point de règlement a été édicté afin de favoriser le jeu offensif et de limiter les dégagements incessants. Cette faute n’est pas sifflée si le palet touche un joueur adverse avant d’atteindre la ligne de but, s’il y a but, si elle est commise par une équipe en infériorité numérique ou si un arbitre estime qu’un joueur adverse pouvait jouer la rondelle mais ne l’a pas fait volontairement.

Le hors-jeu de ligne bleue : quand un joueur (ses patins) passe la ligne bleue adverse avant le palet.
La composition des équipes :

La formation d’attaque
Composée d’une ligne ou trio (centre, ailier droit et ailier gauche habitués à jouer ensemble avec efficacité), la formation d’attaque allie vitesse et équilibre de patinage, précision des passes et des tirs ainsi qu’ opportunisme devant les buts.
Une équipe comprend quatre lignes de trois attaquants. Les remplacements des lignes sont fréquents et s’effectuent suivant les tactiques de l’entraîneur.
La formation de défense

Composée de deux arrières (droit et gauche). Une équipe comprend trois lignes de deux défenseurs. Les défenseurs peuvent se positionner afin de contrer ou dévier les tirs. Le rôle principal des arrières est de bloquer la progression adverse ou faire perdre le contrôle de la rondelle par des mises en échec (ou charge) le long de la bande. Mais certaines charges sont sanctionnées :
- cinglage : frapper ou tenter de frapper un joueur avec sa crosse.
- faire trébucher : que ce soit avec la crosse, le pied, le bras…
- charge incorrecte : charges dans le dos, coups, obstructions…

Le goal : élément essentiel de la défense. Il fait l’objet de toutes les attentions et de toutes les protections. Il peut faire le choix de capter la rondelle et la remettre dans le même mouvement à un arrière ou la garder, dans ce cas le jeu est arrêté et une remise en jeu est effectuée près du but.

Particularité du hockey : les joueurs peuvent circuler derrière le but, c’est même un lieu stratégique et un lieu de luttes incessantes.
L’arbitrage

La rencontre est administrée par 3 arbitres (un arbitre principal et deux assistants) reconnaissables à leur maillot rayé noir et blanc. Les arbitres mettent en jeu la rondelle, gèrent le temps et appliquent le règlement en signalant les fautes par des gestes précis.

Après chaque arrêt de jeu, la rondelle est mise en jeu par l’arbitre au point d’engagement le plus proche de la raison de l’arrêt.

Les principales pénalités
- mineures : 2 minutes d’expulsion. L’équipe sanctionnée évolue en infériorité numérique.
- majeures : 5 minutes d’expulsion. En cas de récidive le joueur est expulsé définitivement.
- Inconduite (ou méconduite) : 10 minutes d’expulsion avec changement par un autre joueur, l’équipe n’est pas en infériorité numérique.
L’équipement

Son rôle est exclusivement protecteur. Le hockey est en effet le sport d’équipe le plus rapide du monde (près de 60 km/h) et les patineurs sont exposés.
Les protections pour un joueur de champ se composent :
d’une culotte, appelée également cuissette et d’une coquille,
des épaulières (ou plastron), des coudières,
des jambières (qui protègent les genoux et les tibias), des gants.
L’équipement du gardien est un peu plus complet avec notamment deux gants différents (une mitaine et un bouclier) ainsi que des jambières plus larges (appelés « bottes »).

La rondelle (palais ou puck) et la crosse
Les joueurs manipulent la rondelle à l’aide d’une crosse de hockey également appelée hockey ou bâton de hockey. Les rondelles sont en caoutchouc vulcanisé (7,62 cm de diamètre, 2,54 cm d’épaisseur) et peuvent atteindre 180 km/h.

Le casque
Elément important de protection, il est obligatoire depuis 1979 en NHL. Le casque doit tenir parfaitement le crâne du joueur qui veille à le tenir serré. Le gardien possède également une protection appelée jugulaire permettant de protéger le cou de celui-ci. De plus, le casque du gardien est entièrement fermé sur le devant avec l’usage systématique d’une grille de protection.

Le maillot
Résistant et ample, c’est aussi l’élément essentiel de l’identité d’une équipe (aussi appelé chandail au Québec). En NHL, certains numéros sont retirés c’est à dire qu’ils ne peuvent être choisis par un joueur : c’est une mesure pour rendre hommage à son porteur qui s’est distingué dans une équipe ou dans la discipline sportive.

La NHL et la coupe Stanley

Créée en 1917, la National Hockey ligue ne comportait que quatre équipes professionnelles, toutes canadiennes.
Elle compte aujourd’hui 32 équipes canadiennes et américaines (1 au Québec : les Canadiens de Montréal) réparties en deux associations : Est et Ouest.
A l’issue de la saison régulière, les 8 meilleures équipes de chaque association jouent les play-off (ou séries éliminatoires). Les vainqueurs de chaque association (déclarés champions) se disputent la coupe Stanley.

Le Hockey en France

La Fédération Française de Hockey sur Glace (fondée en 1905) n’est devenue indépendante de la Fédération Française des Sports de Glace qu’en 2006. En 1908 à Paris, le patineur français Louis Magnus créa la Ligue internationale de hockey sur glace (devenu la IIHF). La Fédération Française de Hockey sur Glace en est membre fondateur. Le président actuel de la FFHG est le québécois Luc Tardif. La France dispose de 135 patinoires couvertes, 130 clubs pour 18 000 pratiquants. L’équipe de France est classé au 12 e rang mondial (sur 49 équipes).

Le championnat élite, la « ligue Magnus » se déroule de septembre à mars pour se clôturer avec les play-Off qui désigneront l’équipe championne de France. Les équipes en élite disputent aussi la coupe de la ligue et la coupe de France dont la finale se déroule en janvier au Palais Omnisports de Paris-Bercy depuis 2007.


Composition de la ligue Elite Magnus (12 équipes) :
Amiens, Angers, Chamonix, Epinal, Gap, Grenoble, Lyon, Nice, Rouen, Strasbourg, Bordeaux, Mulhouse. Aucune équipe d’Ile-de-France.

 

La Division 1 (14 équipes)
Neuilly-sur-Marne, Mont-Blanc, Courchevel, Anglet, Cholet, Nantes, Dunkerque, Tours, Caen, La Roche-sur-Yon, Annecy, Briançon, Brest, Cergy. Les 8 meilleures équipes jouent les play off pour désigner le champion de D1 qui montera en Elite. Le dernier descend en D2.

 

La Division 2 (20 équipes en deux poules Nord et Sud)
Le classement désigne les équipes qui disputeront les play offs et les deux équipes qui monteront en D1. Une poule de maintien désignera les deux équipes qui rétrogradent en D3. Les clubs d’Ile de France sont : Meudon, Evry, Les Français-Volants (Paris). 

 

 

La Division 3 : Des play offs désignent les deux équipes qui montent en D2. Les clubs d’Ile de France sont : Garges, Champigny, Dammarie-les-lys, Asnières, Courbevoie, Boulogne-Billancourt

 

Il existe aussi un championnat Féminin : Neuilly-sur-Marne (93) est champion de France.

Pour en savoir plus sur le Québec :

Histoire, BD, Littérature, Musique, Cinéma